• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Mon premier gâteau

Mon dessert préféré est le gâteau au chocolat de ma cousine Geneviève. Elle a le don pour cuisiner un délicieux fondant. Je n’en ai jamais goûté d’aussi bon. Accompagné d’une crème fouettée et d’une boule de glace à la poire, c’est tout simplement divin. Même le Tiramisu du restaurant italien situé à côté de chez moi n’est pas aussi bon, alors que la réputation de cet établissement s’est construite autour de cette recette. Quand j’ai parlé de ce savoureux dessert à ma conjointe, elle a demandé à ce que je le réalise. En effet, ma cousine a déménagé, je lui ai d’ailleurs donné le numéro de cuisiniste Québec pour qu’elle ait de belles installations dans son nouveau domicile. J’ai donc demandé à l’excellente pâtissière de m’envoyer la recette exacte de sa plus grande réussite. Les ingrédients furent faciles à avoir et les étapes étaient simples. J’ai dons procédé comme elle me l’avait expliqué. 

Tout d’abord, je devais faire fondre le chocolat noir dans une casserole, au bain-marie. J’ai mis un bol résistant à la chaleur dans un fond d’eau, dans une casserole. J’ai fait chauffer l’eau jusqu’à son ébullition et j’ai tourné le mélange de chocolat et de beurre jusqu’à ce qu’il soit bien lisse. Ensuite, je devais laisser le mélange reposer pendant une dizaine de minutes, le but est de le refroidir pour qu’il ne cuise pas les œufs encore crus. Ces derniers, je les ai battus au fouet électrique avec de la vanille et du sucre roux. L’appareil devient mousseux. Pendant ce temps, le four est enclenché pour le préchauffage. Le chocolat et le beurre, une fois refroidis, sont mêlés à une cuillère de farine, qui peut être remplacée par deux fois sa quantité de poudre d’amande pour ceux qui ont un régime sans gluten.

Il ne restait plus qu’à mettre tous les ingrédients ensemble. Quand j’ai enfourné le plat, pour une vingtaine de minutes, j’ai craint d’avoir oublié une partie de ce que je devais mettre dedans. J’ai repassé dans mon esprit toutes les étapes que j’avais suivies. Rien ne manquait. Ma patience fut mise à rude épreuve. L’attente m’a semblé interminable. Pendant ce temps, je tentais de me distraire en regardant des vidéos sur Internet. Le four sonna pour prévenir de la fin de la cuisson. J’ai planté la lame d’un couteau dans le gâteau, et elle est ressortie sèche. Ce fut une totale réussite qui m’a poussé à recommencer.

À propos de l’auteur :

author

Si vous recherchez un blogue sympathique et dynamique: bienvenue chez moi! Car oui, ce blogue c’est ma seconde demeure! J’y parle – après les heures de bureau – de ma vie de famille, de ma femme chérie et de mes multiples projets sportifs. Car oui, j’adore les défis de taille dans les sports surtout les marathons: c’est une véritable passion. Au plaisir d’échanger avec vous.