• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Mon nouveau compagnon

Mon nouveau compagnon - Alain Willis

Le jardin qui entoure ma maison est fleuri et accueille de nombreux oiseaux. Une mésange bleue a installé son nid dans un bouleau. Comme je vis seul, j’aime cette compagnie quotidienne.  Le matin, j’apporte une soucoupe remplie de pain dur et de quelques morceaux de beurre pour elle. Je la pose, puis je m’éloigne pour la regarder prendre son déjeuner. De sa petite tête, elle fait des mouvements saccadés, regardant de tous côtés. Puis, elle saisit dans son bec une miette et s’envole retrouver ses oisillons. Je pars alors travailler et à mon retour, la coupelle est vide.

Un matin, j’avais pris un jour de congé, et je restais un peu plus longtemps qu’à mon habitude à la contempler. Il s’en suivit un ballet que je n’avais jamais remarqué. Un rouge-gorge arriva, se servit, repartit, suivit par un Geai bleu. Celui-ci attrapa un morceau de beurre et s’envola vite. Un chat arrivait sur la pelouse. Tigré et roux, il avançait lentement. Il observait, comme moi, le manège des oiseaux. Il attendit que le dernier oiseau fût parti, et se mit à manger tout ce que l’écuelle contenait. Je poussais de hauts cris. La voisine m’entendit. Elle avança jusqu’à la haie et me parla au-dessus : « Ne vous inquiétez pas, ils font ça chaque matin, et le chat ne les mange pas. Tout ce qui l’intéresse est le beurre. » Notre conversation partit sur le temps qu’il faisait en ce moment, les dernières nouvelles du quartier, au passage, je lui recommandais mon excellent planificateur financier, puis elle revint sur le chat. C’était un chat errant, il n’appartenait à personne, et se promenait comme bon lui semblait. Il était seul comme moi. J’étais un peu triste pour lui, et aux prochaines courses que je fis, je pris de la boîte et des croquettes.

Le lendemain, j’installais une assiette avec la nourriture pour le félin. Le manège que j’avais observé la veille recommença. Lorsque le chat arriva, il huma l’air. Il se dirigea vers l’assiette que j’avais préparée. Je le voyais hésiter. Il était certainement habitué à être chassé. Finalement, il se décida à manger ce que je lui avais apporté. Je m’approchais lentement, et je le caressais. Il se mit à ronronner. Depuis ce jour, le chat et moi sommes amis. Il vient me voir chaque matin attendant son bol. Tous les deux, nous sommes heureux de nous être trouvés.

À propos de l’auteur :

author

Si vous recherchez un blogue sympathique et dynamique: bienvenue chez moi! Car oui, ce blogue c’est ma seconde demeure! J’y parle – après les heures de bureau – de ma vie de famille, de ma femme chérie et de mes multiples projets sportifs. Car oui, j’adore les défis de taille dans les sports surtout les marathons: c’est une véritable passion. Au plaisir d’échanger avec vous.