• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Le retour d’un ami précieux

Le retour d’un ami précieux - Alain Willis

Mon meilleur ami n’avait pas voulu terminer ses études. Il avait disparu pendant un certain temps à l’étranger. Il était revenu avec une très jolie jeune femme, mais sans un sou. Ses parents n’avaient pas été très ouverts pour ce qui est d’offrir l’hospitalité à leur future belle-fille, et à leurs fils. Je les recevais pour quelque temps. Il avait toujours été très gentil avec moi, et sa femme était particulièrement douce et jolie. Il avait trouvé assez vite du travail, mais ne gagnait pas assez pour louer un appartement. Pour remédier à cela, il m’avait fait quelques travaux pour me rendre service, en attendant de gagner un peu plus pour trouver son nid.

Je revenais du travail assez tôt, un certain vendredi. Il était déjà à la maison. Il était rentré plus tôt, pour m’annoncer qu’il avait enfin trouvé un appartement à rafraîchir, non loin de chez moi. Il avait besoin de ma voiture, ainsi que de mes outils. Il avait trop de fierté pour me demander de l’argent. Alors, pour qu’il n’ait pas à le faire, je lui proposais mon aide pour les premiers travaux. Il accepta, à la condition que je le laisse seul débarrasser les lieux de tous les détritus laissés par les anciens locataires. Deux jours plus tard, il m’invita à aller voir son appartement, complètement vidé. Il avait vraiment fait un grand ménage, car il n’y avait vraiment rien, en dehors des murs. Aucun sanitaire, ni porte, ni fenêtre, ni lampe, ni plomberie. Je lui demandais à ce moment-là, ce dont il avait besoin au plus pressé. Il tendit le doigt vers la rue. Effectivement, il y avait une urgence.

Je décidais, une heure plus tard, de l’emmener dans un magasin où l’on pouvait acheter des porte et fenetre Saint-eustache. Une chance que certaines choses sont standards. Autrement, il aurait été très difficile de faire un choix parmi tout ce qui était proposé. Et surtout, de rapporter chaque fenêtre et chaque porte à une dimension précise. Il avait quand même pris certaines mesures pour être sûr de ne pas avoir à raboter, ou à rapporter un objet trop petit. Nous finissions par prendre trois portes et cinq fenêtres. Nous les installions dans la journée même. Le soir, je le voyais déjà emballer quelques affaires pour partir au plus vite. C’est dommage. Je m’étais fait très vite à leur présence, et surtout, à celle de sa femme. Hélas, tout a une fin.

À propos de l’auteur :

author

Si vous recherchez un blogue sympathique et dynamique: bienvenue chez moi! Car oui, ce blogue c’est ma seconde demeure! J’y parle – après les heures de bureau – de ma vie de famille, de ma femme chérie et de mes multiples projets sportifs. Car oui, j’adore les défis de taille dans les sports surtout les marathons: c’est une véritable passion. Au plaisir d’échanger avec vous.